Energies Renouvelables

Aujourd'hui pour Demain


Aujourd'hui, on a  le choix de décider comment créer son énergie ; le choix de ne plus polluer, d'être un consommateur averti , économe et de prendre l'avenir de notre planète en main.
 
Aujourd'hui l'énergie propre est simple, facile à installer chez soi, dans son entreprise, dans sa localité.
Ce sîte est pour informer et discuter, échanger et construire, pour changer vers une production d'énergie propre et renouvelable.

Aujourd'hui, pour demain.
                    Today, for tomorrow.                    

(Engish Version)
Dimanche 21 février 7 21 /02 /Fév 19:18
First Solar a enregistré un bénéfice de 640 millions $ US pour l'exercice complet 2009, en hausse de 84% par rapport à 2008.

First Solar a aussi vu un bond de 66% de son bénéfice à 2,1 milliards de dollars pour l'exercice 2009 complet.

Rien qu'au quatrième trimestre,  l'entreprise américaine spécialisée dans la production de cellules solaires photovoltaïques à couche minces avait un chiffre d'affaires de 641 millions US $ en hausse de 48% par rapport au trimestre précédent et un bénéfice net de 142M $ US, en hausse de près de 7%.

Pour 2010, First Solar s'attend à des ventes nettes de 2,7 $ 2,9 milliards.
Et n'oublions pas la construction de son usine de production près de Bordeaux en association avec EDF EN.
Bravo!

-Source : First Solar-
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Mardi 9 février 2 09 /02 /Fév 21:33
En 2009: Un investissement mondial dans les ENR voisin de 106 Billions d'Euros, soit 145 Billions de $ US !!

C'est l'éolien qui mène le bal, et la Chine qui est le plus gros investisseur !

En dépit de la récession de 2009 d'une importance  jamais vue depuis 60 ans, le taux d'investissements dans les ENR ne chute que de 8,5% par rapport à l'année 2008, ceci grâce aux investissements chinois dans l'énergie éolienne.

L'an dernier, pour la première fois, le total des investissements financiers dans des énergies propres en Asie-Océanie a atteint 37.3 Billions de $ US, devançant les US qui sont à  32 Billions de US.

L'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique mênent le bal mondial avec 42.2 Billion US $ d'investissement en énergie propre, mais, alors que les nouveaux investissements financiers ont diminué de 14% dans la région EMEA en 2009 et ont reculé de 25% dans les Amériques, ils ont augmenté de 25% en Asie -Océanie et ont été principalement tirée par le secteur de l'énergie éolienne.

Parmi tous les secteurs des énergies renouvelables qui ont reçu des financements d'actifs l'année dernière:
  •  83 dossiers dans l'énergie éolienne (y compris le 1 GW de London Array) ont totalisé 13.9 Billions de $ US;
  •  29 dossiers de la biomasse ont totalisé 3,3 Billions de $ US,
  •  35 offres dans l'énergie solaire se sont élevées à 1,6 Billions de $ US;
  •  11 dossiers dans les petites centrales hydroélectriques ont totalisé 1,1 Billions de $ US,
  •  trois offres dans la géothermie ont reçu 0,5 Billions de $ US
  •  et trois offres dans l'énergie marine ont totalisé  0.1 Billions de $ US.

Les investissements via les marchés publics ont totalisé 13 Billions de $ US, chiffre également en baisse de 5% par rapport à 2008, tandis que les investissements par des sociétés de capital-risque et  des fonds de capital-investissement ont enregistré une baisse plus importante, avec seulement 6,6 Billions de $ US investis, en baisse de 44% par rapport à la précédente année.

Le reste du financement dans des énergies propres a été réalisé par les gouvernements (11 Billions de $ US), les entreprises (9 Billions de $ US) et les propriétaires de biens (20 milliards US $)  ce qui inclut les projets résidentiels à petite échelle telles que les panneaux solaires sur les toitures.

Les investissements en ENR en Europe et aux Amériques ont été affectés par la crise financière, les banques commerciales ont réduit le crédit pour des projets d'énergies renouvelables, en laissant les institutions du secteur public (tels que la Banque européenne d'investissement) combler le manque. Les investisseurs de capital-risque ont ralenti leurs investissements soutenus en 2008 et sont restés prudents.

 - Source : Bloomberg New Energy Finance -



Par Nathalie Leroux - Publié dans : Nouvelles Internationales
Voir les 0 commentaires
Mercredi 20 janvier 3 20 /01 /Jan 22:22
Le fabricant de chaines de production de modules photovoltaïques à couches minces Oerlikon Solar, vient d'annoncer cette semaine qu'avec ses nouvelles usines de production clés en mains de systèmes  PV micromorph ®, la société projette d'atteindre des coûts de production, à parité égale avec ceux du réseau électrique d'ici la fin de cette année, rendant le coût de l'énergie solaire égal à ceux de l'énergie des combustibles fossiles dans de nombreux endroits.

 Avec ses lignes de production
basée sur la technologie tandem de "module micromorphe", une technologie déployée en septembre 2008, Oerlikon Solar est en bonne voie pour offrir à ses clients la production des modules solaires à 0,70 $ US / W d'ici fin 2010.
Ownership-oerlikon-solar.jpg-Source : Oerlikon Solar -

«L'objectif de Oerlikon Solar est de rendre l'énergie solaire économiquement viables dans le monde entier», explique Jürg Henz, chef de la direction d'Oerlikon Solar.

Au cours de la dernière année, Oerlikon Solar a réalisé une baisse des coûts de production  sur ses lignes d'environ 25%,  tout en continuant d'augmenter l'efficacité et d'améliorer la productivité de ses lignes à 60 MW en 2008 et à 100 MW en 2009.
Une belle performance.

-Source : Oerlikon Solar -
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Mercredi 20 janvier 3 20 /01 /Jan 22:03
SolarWorld vient de faire un don de modules solaires suffisants pour alimenter 10 stations de pompage pour fournir une eau propre pour un maximum de 175.000 survivants du séisme en Haïti.

Les modules solaires sont donnés à WMI, l'association  spécialisé dans l'approvisionnement en eau dans  les Missions Internationales, pour être utilisés dans les stations de pompage d'eau dans la capitale haïtienne, Port-Au-Prince.

SolarWorld a également livré des modules solaires à prix discount, pour exploiter environ 25 stations d'eau WMI supplémentaires.

"Les pénuries de carburant en Haïti sont à l'origine de gros obstacles dans l'aide", dit George C. Greene IV, WMI Vice President for International Programmes. "Grâce à l'assistance de SolarWorld, WMI continue de mettre les systèmes à énergie solaire de l'eau dans les zones les plus démunies».

SolarWorld fait don des 10 kW de l'équipement solaire grâce à son programme Solar2World, qui fournit du matériel nécessaire hors réseau rural pour les projets solaires dans les pays en voie de développement.

Une belle  initiative à suivre ...

- Source : Solarword -
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 janvier 7 10 /01 /Jan 17:10
Une roue de bicyclette révolutionnaire  qui a été testée à Copenhague le 15 décémbre dernier : bien que cela ressemble à une roue de bicyclette ordinaire, avec un centre surdimensionné, le moyeu d'un rouge vif de la roue vaut un véritable "couteau suisse" de l'armée de gadgets électroniques et de nouvelles fonctions.

copenhagen-wheel-01.jpg
- Source : SENSEable City Lab-

«Au cours des dernières années, nous avons assisté à une sorte de renaissance du vélo", qui a débuté à Copenhague et s'est propagé de Paris à Barcelone à Montréal », explique Carlo Ratti, directeur du Laboratoire MIT SENSEable City et du projet de Copenhague Wheel. "It's sort of like 'Biking 2.0' — whereby cheap electronics allow us to augment bikes and convert them into a more flexible, on-demand system." «C'est un peu comme un « Vélo 2.0 »- dans lequel l'électronique à bas prix  permet de convertir les vélos en système embarqué (GPS, anti vol, ...) et plus souple, on-demand».

copenhagen wheel 02
- Source : SENSEable City Lab-

Le premier objectif du projet Wheel Copenhague est de promouvoir le cyclisme en permettant de parcourir de plus longues distances sans trop d'effort  et en  facilitant le pédalage de sorte que même des pentes escarpées ne sont plus des obstacles inconfortables.

À cette fin, la roue peut stocker de l'énergie chaque fois que le pilote met les freins, et puis utiliser cette énergie stockée pour fournir un coup de pouce lorsque vous roulez en montée ou pour ajouter une pointe de vitesse dans la circulation.

"The Wheel utilise une technologie similaire à la KERS (Kinetic Energy Recovery System), qui a bouleversé la course de Formule Un au cours des deux dernières années», déclare Ratti. «Quand vous freinez, votre énergie cinétique est récupérée par un moteur électrique et ensuite stockée par des batteries dans la roue, de sorte que vous pouvez l'avoir de nouveau à vous quand vous en avez besoin.  " La roue de vélo contient tout le nécessaire afin qu'aucun  capteurs ou appareils électroniques supplémentaires ne doivent être ajoutées et ainsi permettre son utilisation avec un vélo classique qui peut être équipéavec un clin d'œil ».

  En utilisant une série de capteurs et une connexion Bluetooth pour l'iPhone de l'utilisateur par exemple, qui peut être monté sur le guidon, la roue peut surveiller la vitesse du vélo, de la direction et la distance parcourue, ainsi que de recueillir des données sur la pollution atmosphérique et même la proximité des amis du cycliste.

 «L'une des applications que nous avons discuté avec la ville de Copenhague est la mise au point d'un dispositif incitatif permettant aux citoyens de recueillir des "Green Miles" - quelque chose de similaire contre des miles, mais bon pour l'environnement», explique Christine Outram, qui a dirigé l'équipe du MIT.
 
"La roue de Copenhague s'inscrit dans une tendance plus générale: celle de l'insertion de l'intelligence dans nos objets quotidiens et de créer une infrastructure de soutien électronique autour de nous pour notre vie quotidienne», explique Assaf Biderman, directeur associé du projet.
«Par exemple, la roue a un verrou à puce: si quelqu'un tente de le voler, il va dans un mode où le frein régénère le montant maximum de la puissance, et vous envoie un message texte. Ainsi, dans le pire des cas, le voleur sera "pénalisé" par vos batteries avant de reprendre le vélo. "

Les premiers prototypes de la "Roue de Copenhague" ont été développés avec la société Ducati Energia et le ministère italien de l'Environnement.  On s'attend à ce que la roue va entrer en production l'année prochaine, avec un prix compétitif  comparé à celui d'un vélo électrique classique. Copenhague,  pourrait faire la première commande pour des vélos équipés a posteriori dans le cadre de l'objectif de la ville pour devenir la première capitale neutre en carbone de la planète d'ici 2025.
A nos roues !!!

-Source : MIT  -
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Nouvelles Internationales
Voir les 0 commentaires
Samedi 2 janvier 6 02 /01 /Jan 11:47
Que chacun de nous prenne ses bonnes résolutions !
Très bonne année 2010 !!
Santé et bonheur pour tous les habitants de notre planète !!
Et tout plein de CO2 en moins pour cette nouvelle année !!
Meilleurs Vœux !
sauvons-notre-planete.jpg -Image : l'internaute-
Nathalie    
Par Nathalie Leroux
Voir les 0 commentaires
Samedi 19 décembre 6 19 /12 /Déc 16:19
Voltec Solar sera la première usine de fabrication de panneaux photovoltaïques  en Alsace. Elle est en train de s'installer dans un bâtiment de 5 000 m², à Dinsheim-sur-Bruche (Bas-Rhin), où Alsapan fabriquait jusqu'au printemps dernier des meubles en kit. Le recul du marché avait contraint la filiale du groupe EPI, spécialiste des revêtements de sol stratifiés, à stopper cette unité qui employait une centaine de salariés en production.

Mais Jean-Jacques Strub, le président du directoire d'EPI, « ne souhaitait pas que ce site devienne une friche industrielle. Il a créé la société Voltec Solar avec sa soeur, d'autres industriels de la région et deux futurs dirigeants opérationnels », raconte Gérard Voirin, le directeur général du groupe EPI, lui-même actionnaire de Voltec Solar. Le groupe EPI n'est par contre pas présent dans le capital de la nouvelle société.

Un investissement global de 20 millions d'euros est prévu d'ici 2014, couvrant l'installation de quatre lignes de fabrication et les besoins en fonds de roulement de Voltec Solar. La première ligne doit être livrée sur place début janvier pour une mise en service fin février. Elle est actuellement en phase de test chez son fabricant allemand. Sa capacité à plein régime sera de 140 000 panneaux photovoltaïques par an, et l'entreprise prévoit d'en fabriquer 100 000 en 2010.

Positionné sur le haut de gamme, le fabricant espère structurer un réseau de 2 installateurs par département, prêts à réaliser plus de 40 % de leur chiffre d'affaire photovoltaïque avec Voltec Solar. Les contacts en cours concernent également le négoce professionnel spécialisé et généraliste. Au-delà des grandes toitures industrielles, l'entreprise alsacienne vise les particuliers, "principale source de développement du photovoltaïque dans les années à venir", selon Olivier Falchi, le DG de Voltec Solar.
Dès le printemps 2010, la couverture de deux sites bas-rhinois d'EPI servira de démonstration aux panneaux monocristallins équipés de cellules Q-Cell. Ce premier chantier concernera 7.000 panneaux sur 4.000 m2 de toitures à Duppigheim et Dinsheim-sur-Bruche.
La France commence à se doter d'usines de production : Tenesol, Photowatt, Sillia, Voltec, Solaire Direct, Fonroche et Firts Solar. La fillière française du PV s'étoffe enfin un petit peu en amont.

-Source : Usine Nouvelle et Le Moniteur -
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 19 décembre 6 19 /12 /Déc 16:01
Soitec (Euronext Paris), leader mondial dans la fourniture de substrats innovants pour l’industrie microélectronique,  a annoncé cette semaine  l’acquisition de la société Concentrix Solar GmbH , l’un des premiers fournisseurs mondiaux de systèmes photovoltaïques à concentration (CPV). Par cette acquisition en ligne avec sa stratégie, Soitec fait son entrée sur le marché en plein essor de l’industrie solaire en se positionnant sur la chaîne de valeur au niveau du système de production de l’énergie solaire. Soitec entend ainsi accroître ses sources de revenus dans la mesure où la demande mondiale en systèmes CPV est attendue en forte hausse dans les prochaines années. Le savoir-faire technologique acquis par Soitec dans le domaine des substrats innovants jouera un rôle-clé dans l’amélioration des performances des cellules photovoltaïques et complètera parfaitement l’expertise développée par Concentrix dans les systèmes CPV à haut rendement pour centrales électriques solaires.
concentrix_252_mini_02.jpg - CPV de Concentrix Solar -

Cette combinaison permettra de fournir au marché une solution encore plus attractive et compétitive pour répondre aux besoins croissants en énergies renouvelables. La transaction inclut également l’accès aux technologies des cellules photovoltaïques CPV à haut rendement développées par l’Institut Fraunhofer des Systèmes Energétiques Solaires (« le Fraunhofer ISE»). Simultanément, Soitec a également signé une alliance technologique stratégique avec le Fraunhofer ISE et le CEA-Leti.

Basée à Fribourg (Allemagne) et fondée en 2005, la société Concentrix est un essaimage de du Fraunhofer ISE. Soitec a acquis environ 80% des actions, valorisant 100% de Concentrix à 55 millions d’euros. Le Fraunhofer ISE, les fondateurs et les dirigeants de Concentrix restent actionnaires à hauteur du solde (20%). Concentrix conserve ses équipes et sera intégrée à une nouvelle « Business Unit » dédiée au photovoltaïque. Celle-ci devrait avoir une contribution additionnelle significative à la croissance du Groupe.

Le photovoltaïque à concentration (CPV) est une technologie particulièrement prometteuse sur le marché mondial de l’énergie solaire en pleine expansion. Cette technologie permet de proposer une solution très innovante et compétitive pour la production d’électricité en fort volume dans les régions très ensoleillées. Le système breveté par Concentrix, qui a été installé dans plusieurs centrales et sites de démonstration en Espagne, en Italie, en Corée et aux Etats-Unis, concentre l’énergie du soleil sur des cellules photovoltaïques de faible surface à haut rendement ; il permet de réduire le coût en matériaux utilisés et d’accroître l’efficacité du système.

« La solution développée par Concentrix Solar, que nous estimons être la meilleure pour les fermes solaires et donc pour la production industrielle d’électricité solaire, présente d’exceptionnelles synergies avec les technologies de Soitec », explique André-Jacques Auberton-Hervé, Président-directeur général de Soitec. « Cette acquisition constitue une opportunité naturelle et attractive d’élargir le périmètre de nos activités sur le marché en plein essor de l’énergie solaire. Elle va nous permettre d’appliquer notre savoir-faire technologique et notre expertise en ingénierie au développement de solutions performantes photovoltaïques, intégrées jusqu’au système final et à un coût compétitif. Nous avons l’intention de devenir un acteur dynamique de la ville de Fribourg, d’une part à travers les activités industrielles de Concentrix, et d’autre part à travers le partenariat à long terme entre Soitec et le Fraunhofer ISE. À l’image des autres cœurs de métier de Soitec, l’activité CPV est en phase avec notre mission : créer et développer des matériaux innovants à haut rendement énergétique pour des marchés de forts volumes, au service du développement durable ».

Dans le cadre de cette transaction, le Fraunhofer ISE, le plus important centre de recherche européen dans le domaine du solaire avec plus de 20 ans d’expérience dans le développement de cellules photovoltaïques III-V, a signé avec Soitec un accord de licence à long terme portant sur le savoir-faire et la technologie, utilisés dans la fabrication des cellules des systèmes CPV. Les deux partenaires développeront une nouvelle génération de cellules photovoltaïques à très haut rendement basées sur les technologies de Soitec afin d’augmenter de façon significative les performances des systèmes CPV. Cette collaboration inclut le CEA-Leti, un partenaire de longue date de Soitec au sein du pôle de R&D grenoblois.

« Nous nous réjouissons d’associer nos forces à celles de Concentrix et de Soitec ; nous entendons poursuivre et renforcer, par l’intermédiaire de Soitec, le partenariat de longue date qui nous lie à Concentrix », déclare pour sa part Eicke Weber, Directeur du Fraunhofer ISE. « Tout en augmentant la performance des produits et des technologies actuelles de Concentrix, Soitec mettra à notre disposition ses remarquables ressources, dans le but de développer des technologies avancées de cellules photovoltaïques III-V à très haut rendement».

« Nous nous félicitons d’étendre notre collaboration historique avec Soitec et de renforcer nos relations avec le Fraunhofer ISE », déclare Laurent Malier, directeur du CEA-Leti. « L’association de nos travaux de R&D en Europe est essentielle pour soutenir le leadership industriel européen dans le domaine critique des énergies renouvelables ».

« Nous sommes heureux de pouvoir bénéficier des opportunités stratégiques et techniques qui naîtront de l’association de nos compétences et technologies. Nous allons ainsi accélérer la réduction du coût de nos systèmes CPV tout en augmentant leur efficacité», déclare Hansjörg Lerchenmüller, CEO de Concentrix. « Il s’agit d’une opportunité fantastique pour notre entreprise. Grâce à l’expérience et à la solidité financière de Soitec, nous allons pouvoir accélérer notre croissance et entrer plus rapidement dans la phase industrielle ».


Cette transaction évalue la totalité de Concentrix à 55 millions d’Euros avec une option d’indexation sur le résultat (earn-out option) basée sur une augmentation des ventes en 2010.
L’accord prévoit également l’exercice de droits d’achat et de vente (put and call) pour les 20 % restants du capital actuellement détenus par le Fraunhofer ISE, les fondateurs et les dirigeants de Concentrix. Ces droits accordent (1) à Soitec une option d’achat portant sur le solde des actions Concentrix à compter du 1er janvier 2012  et (2) au Fraunhofer ISE, aux fondateurs et aux dirigeants de Concentrix le droit de vendre leurs actions Concentrix à Soitec à compter du 1er janvier 2013. Selon les termes de cet accord, des multiples pré-définis déterminent le prix de levée des options d’achat et de vente (put-and-call) ; l’exercice de l’option de vente est également soumis à la réalisation par Concentrix de certains objectifs financiers.

Dans le cadre de cette transaction, Morgan Stanley a agi en tant que conseiller financier exclusif et Winston & Strawn en tant que conseiller juridique exclusif.

Source : Soitec  et Concentrix Solar -
Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 19 décembre 6 19 /12 /Déc 15:26

Cela devrait être officiellement annoncée avant fin 2009, voire avant Noël : le groupe américain First Solar, numéro un mondial de la fabrication des panneaux solaires, associé à EDF Énergies Nouvelles, filiale à 50 % d'EDF, devrait implanter à Blanquefort  sa deuxième unité de fabrication européenne.

AsmLne_Binning_FS00001_WB.jpg

L'affaire pourrait déboucher sur la création de quelque 400 emplois à l'horizon 2012.

Sur le marché des composants (modules et panneaux) destinés à l'énergie solaire, First Solar (1,24 milliard de dollars de chiffre d'affaires en 2008) rivalise avec le chinois Suntech (1,9 milliard de dollars), l'allemand Q-Cells (1,25 milliard d'euros) ou le japonais Sharp. Une vingtaine d'entreprises, surtout chinoises, se partagent 80 % du gâteau. Même si la crise de surcapacité se traduit aujourd'hui par des coupes drastiques dans les coûts, avec des licenciements à la clé, l'avenir de la filière reste radieux. En termes de coût, l'électricité solaire sera aussi compétitive que l'électricité classique d'ici cinq à dix ans.

First Solar utilise la technologie des couches ultra-minces au tellurure de cadmium présente le triple avantage d'être moins coûteuse, plus verte et à fort potentiel. Elle n'utilise pas le silicium, plus onéreux, employé par la quasi-totalité du marché, et elle consomme cent fois moins de matière. Elle est aussi plus prometteuse, car elle absorbe mieux le rayonnement. Pour l'environnement : elle propose une solution de recyclage en fin de vie (voir son site).

En chiffres :

Coût total : 130 Millions € financés par :  90 M€ par First Solar, 4 M€ par le FEDER ( Europe), 2M€ par l'état (en prime d'aménagement du territoire, 2M€ par les collectivités locales et quelques 30M€ par portage immbilier.

Emploi : 400 personnes

Mise en service : 2012


-Source : Le Figaro, Sud Ouest et First Solar -

 

Par Nathalie Leroux - Publié dans : Solaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 12 décembre 6 12 /12 /Déc 16:56

La BLUECAR est une petite citadine électrique de quatre places et cinq portes, à transmission automatique. Sa batterie LMP lui offre une autonomie de 250 km, soit bien plus que les 40 km qui sont la moyenne des déplacements quotidiens d’un conducteur en milieu urbain.


blue car de bolllore

Pour la recharger, il suffit de la brancher sur une borne publique ou chez soi sur une prise standard. Une opération qui s’effectue en six heures sur une prise standard et deux heures sur les futures bornes de charge rapide. En cas de besoin, il est possible d’effectuer une recharge “flash” en cinq minutes pour parcourir 25 km.


Les batteries:

Concernant la batterie spécifique LMP, elle a été développé par le groupe Bolloré à travers sa filiale Batscap, qui a mis au point d’une batterie “tout solide” à base de Lithium Métal Polymère.

Selon le constructeur, cette batterie stocke, à poids équivalent, cinq fois plus d’énergie qu’une batterie traditionnelle et se recharge en quelques heures. Ne nécessitant aucun entretien, elle a une durée de vie de l’ordre de 200 000 km et assure une sécurité incomparable. De plus la batterie L.M.P. est uniquement composée de matériaux non polluants n’offrant aucun danger pour l’environnement. En fin de vie elle sera récupérée et tous ses composants seront recyclés, ou valorisés.

Dans les grandes villes, les parkings s’équipent d’ores et déjà de bornes électriques, témoignage de la volonté des grands opérateurs privés et des municipalités de promouvoir et faciliter le développement des véhicules électriques. En termes de performances la BLUECAR offrira une vitesse de pointe électroniquement limitée à 130 km/h et des accélérations permettant d’atteindre les 60 km/h en 6,3 secondes.


L'industrialisation:

La production industrielle des batteries débute avec l'inauguration de la nouvelle usine du Groupe à Quimper. L'assemblage des 1 000 premiers véhicules démarrera au printemps, à Turin. Dans le même temps, la production de microbus électriques de vingt-deux personnes commencera chez Gruau, à Laval. Dès 2010, Le constructeur aura une capacité de 5 000 batteries (soit autant de véhicules), à Quimper comme à Montréal. Les deux usines ont la capacité de monter jusqu'à 30 000 batteries par an. C’est sur une ligne de production, située près de Turin, que la Joint Venture Pininfarina-Bolloré fera construire la BLUECAR, la première voiture électrique de série au monde dotée de batteries L. M. P. et de supercapacités, portant la marque Pininfarina.

 

La conduite (Test Turbo):
"On apprécie son silence, mais aussi sa tenue de route et ses accélérations. La Blue Car est la première vraie voiture électrique car elle a été conçue autour de sa batterie révolutionnaire. Une batterie lithium méthane polymère conçue en Bretagne, et qui a une technologie unique sur le marché. Un budget de plusieurs centaines de millions d'euros !"


Et vive la Bretagne!


- Source : Bluecar , Ouest France et Turbo-


 

 

Par Nathalie Leroux - Publié dans : Ma maison, mon quartier
Voir les 0 commentaires

Recherche

Recommander

Syndication

  • Flux RSS des articles

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés